Au nom du groupe des élus communistes et républicains, après vous avoir écoutés, je souhaiterais ce soir faire quatre remarques.

La première pose la question de la démocratie. Nous avons inscrit dans le programme municipal 2008, pour lequel nous avons été élus, le projet de mener une réflexion sur la gestion de l’eau dans la commune. C’est chose faite puisque nous arrivons au terme de ce travail.

Nous apprécions positivement la démarche mise en œuvre pour cela :

- rencontres avec d’autres collectivités, et avec des "experts" - comparatif entre la délégation de service public et une régie municipale - mise en place d’un groupe de travail spécifique associant toutes les composantes politiques du conseil municipal.

Nous avons si bien associé les élus dans leur diversité que les élus 100% à gauche et verts ont été associés à 100% (NB ils n’ont chacun qu’un représentant) alors que les élus des 2 groupes de la majorité ont dû passer par des représentants. Des éléments de connaissance techniques et le vécu des échanges avec les collectivités et les intervenants leur ont donc parfois échappés. La démocratie a donc fait plus que jamais jouer son rôle ! Je note que, pour certains, démocratie s’apparente au joueur de flûte de Hamelin, vous savez celui qui joue de la flûte pour que tout le monde le suive, ou bien au panache blanc d’Henri IV. En un mot, Moi je sais à l’avance ce qu’il fallait faire et je vous demande de croire ce que je vous dis. Mais nous qui avons été absents de beaucoup de moments de travail, nous savons que tout n’est pas aussi simple que certains se plaisent à le dire !

La deuxième remarque concerne le pouvoir d’achat. Cette question est au cœur de l’actualité encore aujourd’hui avec l’annonce de la hausse du gaz et les discussions sur le SMIC. La politique d’austérité menée ces dernières années a pressuré nombre de familles. En tant qu’élus, nous siégeons dans les instances d’attribution des logements et d’aides aux familles. Nous voyons combien les charges locatives pèsent sur les budgets des familles ! Augmenter les frais liés à l’eau serait une attaque supplémentaire au pouvoir d’achat que les élus communistes et républicains ne pourraient accepter. La question du coût de l’eau ne peut être balayée d’un geste de la main. La 3ème remarque porte sur les grands groupes qui s’engraissent. Les élus communistes et républicains le dénoncent depuis longtemps et font des propositions concrètes pour sortir de ce système qui permet à certains de s’engraisser toujours plus pendant que d’autres souffrent et s’entendent dire qu’ils doivent encore plus se serrer la ceinture. Pour sortir de ce système, des mesures sont indispensables, mesures sur l’argent des entreprises et mesures pour définir une politique européenne autre que celle qui encourage les marchés financiers et l’austérité.

Je voudrais enfin parler des services publics. Ils s’exercent à plusieurs échelons : national, régional, départemental, communautaire, communal. Pour ce qui concerne l’eau, c’est bien d’un grand service public avec une solidarité exercée au niveau national dont nous avons besoin.

Nous défendons résolument le droit inaliénable à l’eau comme bien commun de l’humanité. Il faut engager un processus d’appropriation sociale de la gestion de l’eau et de l’assainissement. L’Etat doit intervenir contre la marchandisation de l’eau en mettant en place un mécanisme de péréquation nationale pour permettre des tarifs d’accès égaux au m3 . Nous voulons sortir du modèle économique qui fait supporter aux usagers sur leur facture l’essentiel des défis environnementaux et des futurs investissements nécessaires à la distribution et au traitement de l’eau. Nous voulons la mise en place d’un contrôle par les citoyens, les élus et les usagers. Nous posons les questions de la gratuité des m3 nécessaires à la vie, des tarifs différenciés entre les ménages et les industriels, une facturation progressive des mésusages.



Au final, prenant en compte l’ensemble des réflexions menées jusqu’à ce jour, nous soutenons la proposition faite par la majorité municipale d’une création progressive de régie. Nous vous proposons de vous associer régulièrement à la réflexion sur la question de l’eau, et que tous ensemble nous menions l’action pour que la gestion de l’eau et de l’assainissement soit posée dans l’agglomération. Mais pour une réelle péréquation, la solidarité nationale devra s’exercer. Tous ensemble faisons monter cette exigence.

MARTINE BELNOUE