Mon intervention lors de la session a fait la démonstration que le budget 2015 était dépendant des décisions prises nationalement. Le budget local est donc fortement contraint. Difficile donc de faire peser sur le local le poids de toutes les difficultés budgétaires même si j’ai maintes fois regretté que les élus départementaux de la majorité ne soient pas plus porteurs d’exigences en direction des décideurs nationaux. Prendre la parole au sein de l’ADF ne suffit pas. Une adresse au gouvernement est indispensable. De même, il faut mettre la question des moyens en débat dans la population. Pour ma part, c’est ce que j’ai fait régulièrement dans le canton de St Pierre-des-Corps, par des réunions chaque année, ou au travers de ce blog.

Quelles marges de manœuvre ont donc des élus dans ces conditions?

- 1. Soit ils refusent de préparer un budget équilibré et dans ce cas ils laissent le Préfet faire des choix

- 2. Soit ils équilibrent le budget en jouant sur plusieurs lignes : augmenter les recettes, réduire les dépenses

Dans le cas de la solution 1. Les élus abandonnent leur rôle

Dans le cas de la situation 2. Les élus continuent d’afficher des choix qui vont dans le sens des objectifs pour lesquels ils ont été élus.

Ce budget 2015 aurait pu ne plus subventionner le syndicat de l’aéroport et stopper les aides aux entreprises ou pour le moins les conditionner à des créations d’emplois et des objectifs en matière de développement durable en se donnant les moyens d’un réel suivi avec la participation de salariés. C’est ce que je propose régulièrement depuis 2001.

Cependant ce budget continue d’afficher des priorités dans le domaine du social, même s’il se désengage sur certaines actions. La compétence sport, culture et vie associative perdure, malgré une diminution, des actions dans le cadre du développement durable sont affichées.

Une hausse des impôts limitée (+1,5% du taux du foncier bâti) a été décidée. L’investissement diminue.

Le budget 2015 n’est pas satisfaisant. C’est le dernier budget de ce mandat porté par une majorité à laquelle j’ai accepté de participer en 2008. En votant ce dernier budget, j’ai souhaité aller jusqu’au bout de cet engagement et poursuivre les actions que j’ai commencé à mettre en œuvre dans les domaines du transport et de l’aménagement numérique.

Martine Belnoue