La vice-présidente chargée de l’aménagement numérique a mis un point d’arrêt aux contre-vérités déclinées par la droite sur le haut-débit.

« Avant 2008, vous aviez annoncé le haut-débit mais rien n’était prêt et nous avons appris que l’entreprise qui avait la licence pour intervenir sur notre département l’avait en fait revendue à une autre qui ne voulait intervenir que sur les territoires rentables.

Nous avons alors travaillé à construire des réponses et aujourd’hui plus de 75 communes ont accès au haut débit et nous apportons pour certains une aide au satellite. Des maires de droite nous félicitent et nous remercient publiquement pour cette intervention »

Aujourd’hui le département a élaboré un schéma d’aménagement pour l’accès au très haut débit qui ne peut passer que par la fibre optique et pour une montée en débit dans certains territoires. Dans la région Centre, seul l’Eure et Loire a mis en place une structure pour porter ce travail. L’Indre et Loire va à un rythme raisonnable et réfléchi. 2013 permettra de premières interventions pour une montée en débit.

« Un service universel de l’accès à internet est indispensable pour une réponse équitable et solidaire dans notre pays »