2013_Journee_dev_Dur_Ph_JPAIRIS____325_.JPG Le vendredi 13 décembre 2013, l’assemblée départementale s’est réunie pour voter le budget 2014.

Ce budget est élaboré dans un contexte reconnu très contraint par tous les intervenants, avec peu de marges de manœuvre. 79% ses dépenses sont des dépenses obligatoires. L’effort de redressement du pays demandé aux collectivités se traduit par une réduction de 4 millions d’euros de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF). Les dépenses sociales augmentent de 12 millions d’euros.

La majorité a défendu son budget qui se veut volontariste, maîtrisé, qui ne remet pas en cause les interventions en direction de la culture et du sport, qui affiche des objectifs de développement durable. Différents points de l’action départementale ont fait l’objet de débats : la question des personnels, dont certains étaient en mobilisés ce jour-là, la contractualisation avec les communautés de commune, les impôts, le laboratoire de Touraine qui vient de récupérer les analyses d’eau potable, les transports et l’aménagement numérique, les contrats de partenariat pour investir dans les collèges, le collège Paul Valéry.

L’opposition a surfé de son côté sur les incertitudes et difficultés budgétaires, refusant d’assumer les conséquences de sa propre politique sur le plan national et local.

Martine Belnoue, quant à elle, a regretté que l’ensemble des intervenants s’inscrivent dans le cadre de l’austérité, rappelant très concrètement les 160 milliards mobilisables immédiatement, dénonçant la part des profits produits par le travail accaparée par les actionnaires et les banques. Elle a appelé à plus de justice fiscale, dénonçant la prochaine hausse de la TVA et une répartition injuste des impôts directs.

Souhaitant que la majorité puisse continuer à faire des choix mais insatisfaite des conditions dans lesquelles elle doit le faire, elle a donc voté le budget présenté « sans enthousiasme ».

Vous trouverez sur le blog martinebelnoue elunet l’ensemble de ses interventions concernant le budget, le transport, l’aménagement numérique et les contrats de partenariat

En annexe intervention de Martine Belnoue