Telle est l’interpellation qui m’est faite depuis plusieurs mois. Mes interventions lors des sessions publiques budgétaires, mes deux lettres publiées en janvier et en mars, la réunion publique à mon initiative en février, et en avril avec la présidente du conseil général m’ont régulièrement permis de faire le point sur ces questions. L’évolution de la situation en ce mois d’avril exige que je m’adresse de nouveau aux habitants.

Il y a plus d’un an, une majorité de gauche s’est très nettement dégagée des urnes lors des élections cantonales : 22 élus composaient alors la nouvelle majorité de gauche contre 15 pour la droite sortante. Une première en Touraine !

Conduite par Claude Roiron, cette équipe s’est alors attelée à mettre en œuvre son programme, conformément aux orientations voulues par les Tourangeaux, et malgré les réalités budgétaires qui sont très vite apparues.

Dès le début de cette prise de responsabilité, nous avons eu affaire à une droite revancharde, qui refuse sa défaite, mobilise tous les rouages juridico-politiques pour mettre du sable dans les engrenages, tout en refusant d’assumer son propre bilan, entaché d’effets d’annonce non suivis d’inscriptions budgétaires, de choix qui acceptaient sans discussion les conséquences de la décentralisation, de non-prise en responsabilité de certaines compétences nouvelles, et de cachotteries sur la réalité budgétaire.

Un an ! Vous avez pu remarquer que la gauche en Touraine c’est une gouvernance nouvelle, avec des élus qui vont à la rencontre directe avec les habitants, pour mieux cerner les besoins, informer sur l’état des dossiers, échanger sur les budgets.

La gauche en Touraine, c’est un autre regard porté sur le département avec une conception d’aménagement du territoire qui s’oppose aux réponses de guichet menées jusque là.

C’est une équipe diverse au sein de laquelle l’élue que je suis a pu trouver sa place tout en conservant sa spécificité.

C’est aussi une volonté de gouvernance transversale car c’en est fini des prés carrés de certains qui font la pluie et le beau temps ! Ceci exige pour chacun d’apprendre à travailler ensemble, ce que nous n’avions sûrement pas su faire suffisamment lorsque nous étions dans le groupe minoritaire lors du précédent mandat.

La gauche en Touraine, c’est encore une équipe qui affirme clairement ses choix politiques de gauche, notamment celui d’assurer de véritables services publics en réponse aux besoins des habitants.

Depuis plusieurs mois, cette équipe connaît quelques secousses puis un véritable cataclysme avec la rupture consommée par la décision de 3 élus de quitter la majorité pour constituer un nouveau groupe. Tout au long de ce processus, des échanges, des débats ont eu lieu, nombreux, pour chercher à garder une cohésion à l’ensemble du groupe. Chacun a pu donner son point de vue, ses arguments et des décisions ont été majoritairement prises.

En consacrant la rupture, manoeuvrant clairement pour mettre la gauche en péril, ces 3 élus ont nettement fait le choix de faciliter l’action de la droite. Qu’ils en assument les conséquences !

Seule élue communiste de la majorité départementale, aux côtés de 2 élus non-inscrits et d’une majorité socialiste, je m’étonne et m’inquiète que le fédération du parti socialiste d’Indre-et-Loire par la voix de son secrétaire fédéral ait cru bon de s’ingérer dans la gouvernance d’un département. Certains semblent oublier, ou vouloir oublier, que l’exécutif départemental n’est pas une émanation d’un parti, mais qu’il se constitue sur la base d’un vote des élus choisis par les électeurs !

Il est temps aujourd’hui que la majorité départementale puisse travailler sereinement car les habitants nous le disent, pour le logement, la gestion du RMI, le transport, les collèges, malgré les questions financières, quand la gauche gère le département ce n’est pas comme avec la droite.

Des chantiers importants sont lancés, dont certains que je suis comme l’aménagement numérique du territoire et le schéma des déplacements. Ils se mettent en œuvre avec une implication enthousiaste des personnels et une attente forte des habitants et de leurs élus locaux – quel qu’ait d’ailleurs été leur vote en mars 2008 !-

Je poursuis mon engagement dans la majorité départementale pour œuvrer à la mise en œuvre d’une véritable politique de gauche en Touraine tout en conservant ma totale liberté et spécificité. Je suis toujours convaincue de la nécessité de mener des actions fortes en direction de l’Etat pour obtenir d’autres moyens pour les collectivités locales et d’impliquer les habitants dans l’ensemble de ces débats et actions.

Car aujourd’hui, encore plus qu’hier, les habitants souffrent, certains trop nombreux sont dans une grande détresse. La gauche a une responsabilité importante : celle de participer à ouvrir des perspectives pour que chacun puisse enfin trouver une lueur d’espoir.

Assumons nos responsabilités !

Martine Belnoue

Conseillère générale

Vice-Présidente du conseil général d’Indre-et-Loire.